Heures de Thérouanne

Reproduction du folio 139 des Heures à l’usage de Thérouanne, vers 1280. Saint-François prêche aux oiseaux ; la scène fait écho à la louange de la pauvreté énoncé à la dernière ligne « Beatus qui intelligit super egenum et paupem in die mala liberavit eum Dominus ». Heureux qui pense au pauvre et au faible, au jour du malheur le Seigneur le délivre. Dans l’initiale « C » introduisant les complies des Heures de la Vierge, l’onction du corps mort de Jésus renforce le thème de la souffrance.

Parchemin de chèvre, feuille d’or sur assiette brunie à l’agate pour la frise et la lettrine, sur mordant (gomme ammoniaque) pour le damier, détrempe médiévale. Pigments employés : cinabre, azurite, minium, terre d’ombre brûlée, ocre jaune, noir de fumée. 24 x 17 cm.